Dépression, c’est ce que les patients atteints de trouble bipolaire ressentent. Mais après cet état de dépression, ils vont également ressentir de l’euphorie et beaucoup d’excitation. On qualifie alors la personne de maniaco-dépressive. Ce type de trouble touche en particulier l’humeur du patient. Le vrai problème étant que c’est une maladie dont la plupart des personnes atteintes n’acceptent pas. Qui plus est, elle est diagnostiquée très tard chez la majorité des sujets malades.

Comment se présente ce type de maladie ?

Comme vous pouvez le voir sur http://trouble-bipolaire.com, les symptômes d’un trouble bipolaire peuvent être différents à chaque phase de l’évolution de la maladie. Dans un premier temps, le malade entre dans une phase dépressive. Elle va alors montrer les signes d’une personne dépressive avancée c’est-à-dire qu’elle va ressentir une baisse d’énergie permanente et est toujours fatiguée. La personne va également se plaindre de manque de sommeil et des fois, elle va dormir jusqu’à 10 h le soir tout en se réveillant fatiguée. On remarquera également des soucis d’impuissance et de manque de désir sexuel, mais aussi une difficulté à se concentrer sur quelque chose. Ce qui va engendrer une perte de mémoire ainsi que des difficultés à s’exprimer. La dépression s’accompagne également d’humeur de tristesse extrême et de culpabilité permanente. Le malade s’alimente mal aussi. Une fois cette phase passée, le malade changera complètement d’humeur et entre dans la phase maniaque. La personne s’excitera alors très facilement et deviendra enthousiaste dans tout ce qu’elle fait. Dans ce cas, elle ne va dormir que très rarement et deviendra hyperactive. Cette hyperactivité se constate au travail, dans ses activités sociales ou dans sa vie sexuelle. On verra également une personne plus positive qui veut tout réussir et qui est sûre qu’il peut tout faire. Il est possible que les deux phases s’intervertissent, mais dans le quotidien de la personne atteinte de cette maladie, on remarque une succession de ces deux phases régulièrement. Il faut aussi noter que ce type de problème de santé peut être perçu chez les jeunes dès l’âge de 15 ans.

Risques et traitement de cette maladie

En phase dépressive, une personne peut avoir des idées de suicide. Il va vouloir se faire mal à cause de sa négativité permanente. En France, ce type de maladie touche 1 % de la population dont la moitié a des tendances suicidaires. En phase maniaque, comme le patient sera trop sûr de lui, il aura des comportements dangereux pour lui et pour son entourage. Il n’est pas rare que durant cette phase, le malade se lance à pleine vitesse avec son véhicule et ressente l’envie de faire monter son adrénaline sans en mesurer les conséquences. Il peut également se lancer dans des expériences interdites en tout genre ou blesser son partenaire sexuel du fait de sa brutalité inconsciente. Pour traiter ce type de maladie, il est nécessaire d’interner le malade surtout durant les phases maniaques. Si la personne est en phase dépressive et qu’on ne constate pas de tendance suicidaire, cela n’est pas essentiel. Dans tous les cas, le malade devra prendre des thermorégulateurs tous les jours afin de maîtriser ses sautes d’humeur. Un psychothérapeute peut aussi être nécessaire pour suivre l’évolution de chaque phase et pour éviter les tendances suicidaires du patient. Ce spécialiste peut également prescrire des psychotropes au malade en fonction de la gravité de sa situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *