Les faits et les chiffres ne mentent pas : l’empreinte carbone de la France est élevée, elle dépasse les émissions de CO2 produites sur notre pays. Mais plus grave encore, l’empreinte écologique de la France dépasse même nos frontières. Comment cela ?

Empreinte dépassant nos frontières

En fait, c’est simple, cela s’explique par l’importation de matières premières agricoles ou forestières, ce qui, logiquement, pousse les pays exportateurs à effectuer une déforestation massive dans leurs pays respectifs. Pensez un peu : en 2016, si on comptabilise cette déforestation à l’étranger, elle a représenté 14,8 millions d’hectares ! C’est énorme ! Pour vous en donner une image plus précise, cela équivaut au quart de la superficie de la France ou bien la moitié de la surface agricole du pays. Il faut toutefois préciser que la France a amélioré sa façon d’utiliser les matières premières car elle produit plus de valeur en se servant de la même quantité de ressources. Cela est possible grâce à un meilleur recyclage des déchets et de l’amélioration des processus de fabrication.

La situation reste préoccupante

Bien qu’il y ait eu des progrès dans le domaine du tri et du recyclage des déchets, le problème reste pratiquement entier du fait que les besoins des Français ne diminuent presque pas. Ce qui veut dire que nous sommes toujours aussi grands consommateurs, ce qui forcément, impacte sur l’écologie. La seule bonne nouvelle dans l’histoire, c’est que, selon le ministère de la Transition écologique, notre moyenne en matière d’empreinte matières, c’est-à-dire 12,7 tonnes par habitant, est tout de même inférieure à la moyenne européenne. Et côté emploi, les chiffres ne jouent pas en notre faveur car, bien que les activités liées à la protection de l’environnement aient augmenté, en 2016, elle représentaient moins de 2% de l’emploi total.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *